Commit 73fb38d7 authored by Christelle Molinié's avatar Christelle Molinié Committed by Forestry.io

Update from Forestry.io

christelle.molinie@mairie-toulouse.fr updated _contenus/partie-02-galerie-des-portraits/ra-82-theodosienne.md
parent cfc30f0f
......@@ -33,7 +33,7 @@ Ce portrait féminin se distingue nettement de tous les autres visages qui furen
Schématisme et solennité de ce visage altier autorisent une datation tardive. L'œuvre est contemporaine de la séparation de l'Empire romain d’Orient et de l'Empire romain d’Occident, depuis la mort de Théodose I, en 395. Ainsi le règne de cet empereur a-t-il pu servir de repère. Il correspondrait même probablement, à notre avis, à la date la plus haute, le _terminus post quem_ à partir duquel il faudrait situer ce portrait, la date limite la plus basse pouvant se rapporter à la fin du règne de Théodose II, au milieu du V<sup>e</sup> siècle. Théodosienne serait bien, par conséquent, l'époque dans laquelle s'inscrit ce visage saisissant. Cependant, et contrairement ce qu'il fut légitime de croire, l'œuvre, qui appartint peut-être à une statue, ne fut conçue ni en Orient ni à Rome dans un atelier oriental mais bien au pied des Pyrénées. Les analyses entreprises par D. Attanasio, M. Bruno et W. Prochaska révèlent en effet que le marbre provient de Saint-Béat (Haute-Garonne). Cette seule information prouve non seulement le maintien de l'activité de la _villa_ durant cette époque tardive (une monnaie de l'époque de Théodose et d'Arcadius a par ailleurs été retrouvée sur le site) mais également l'importance de ses propriétaires au service desquels travaillaient des ateliers aguerris.
Une tête de même type, mais maladroite et taillée dans un calcaire local, a été mise au jour, en 2005, lors d'une fouille à Beauzelle, aux portes de Toulouse. Elle témoignerait de la notoriété de ce personnage ou au moins du type du portrait. Celle qui pour nous, aujourd'hui, est une inconnue devait donc incarner une puissance certaine. L'éminent personnage appartenait-il au milieu impérial?
Une tête de même type, mais maladroite et taillée dans un calcaire local, a été mise au jour, en 2005, lors d'une fouille à Beauzelle, aux portes de Toulouse</a> {% cite veyssiere_occupation_2008 -L none %}. Elle témoignerait de la notoriété de ce personnage ou au moins du type du portrait. Celle qui pour nous, aujourd'hui, est une inconnue devait donc incarner une puissance certaine. L'éminent personnage appartenait-il au milieu impérial?
Il faut rappeler, enfin, qu'une importante production statuaire de petit et moyen format, issue des décombres de la _villa_, remonterait au IV<sup>e</sup> siècle voire à la première moitié du siècle suivant. Qu'elle ait été héritée des précédents propriétaires ou d'éventuels aïeux ou encore fraîchement acquise, la sculpture mythologique, passée par le filtre esthétique de l’Orient romain, demeure bien en usage au cœur même du V<sup>e</sup>e siècle. Ainsi, ce portrait, au cœur d'un tel ensemble, ne serait-il pas aussi isolé que ce que l'on a bien voulu écrire.
......
Markdown is supported
0% or
You are about to add 0 people to the discussion. Proceed with caution.
Finish editing this message first!
Please register or to comment