Commit 04f00bae authored by CAPUS's avatar CAPUS Committed by Forestry.io

Update from Forestry.io

Pascal Capus updated _contenus/partie-02-galerie-des-portraits/ra-125-jeune-garcon.md
parent 0806be69
......@@ -29,10 +29,10 @@ redirect_from:
id_ark: a_ra_125
---
Selon le rhéteur du IIe siècle de notre ère Julius Pollux, originaire de Naucratis, on aurait laissé pousser en partie la chevelure de certains enfants. Ainsi pouvait-on offrir ces longues mèches à la divinité sous la protection de laquelle ils étaient placés. L'offrande devait concourir à les protéger des risques qu'ils encouraient durant leur jeune âge (Pollux, _Onomasticon_, II, 30). L'intriguante touffe de cheveux située à l'arrière du crâne de ce buste, dont les cheveux sont pour l'essentiel coupés très court, permit d'avancer l'hypothèse que l'enfant lui-même aurait été consacré à une divinité. C'est à la déesse égyptienne Isis que l'on pensa, par assimilation de ces longues boucles à un indice capillaire connu sous le nom de «mèche d'Horus».
Selon le rhéteur du IIe siècle de notre ère Julius Pollux, originaire de Naucratis, on aurait laissé pousser en partie la chevelure de certains enfants. Ainsi pouvait-on offrir ces longues mèches à la divinité sous la protection de laquelle ils étaient placés. L'offrande devait concourir à les protéger des risques qu'ils encouraient durant leur jeune âge {% cite pollux_grammaticus_onomasticon_nodate -L none -l II, 30 %}. L'intriguante touffe de cheveux située à l'arrière du crâne de ce buste, dont les cheveux sont pour l'essentiel coupés très court, permit d'avancer l'hypothèse que l'enfant lui-même aurait été consacré à une divinité. C'est à la déesse égyptienne Isis que l'on pensa, par assimilation de ces longues boucles à un indice capillaire connu sous le nom de «mèche d'Horus».
La «mèche d'Horus», héritée de l'ancienne Egypte, se maintint durant l'époque impériale romaine comme le démontrent l'iconographie, en particulier au IIIe siècle. Quant aux longues mèches réservées à l'arrière du crâne, interprêtées à leur tour comme le signe distinctif de la consécration de l'enfant à Isis, elles ne singularisent pas plus de quatorze portraits d'enfants (H. R. Goette, «Römische Kinderbildnisse mit Jugendlocken», dans _AM_ (_Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts, Athenische Abteilung_), 104, 1989, 203–217, p. 208) ; bien peu, donc, par rapport aux jeunes individus qui arborent une «mèche d'Horus» davantage respectueuse de la tradition, autrement dit portée sur le côté droit (plus marginalement sur le côté gauche) et retombant sur l'épaule. Si celle-ci représenta, dans l'Egypte ancienne, un marqueur social et de statut, elle put, au contraire, dans le monde romain, renvoyer plus directement à Isis (A. Backe-Dahmen, «Roman Children and the “Horus lock” between Cult and Image», dans V. Gasparini, R. Veymiers, (dir.), _Individuals and Materials in the Greco-Roman Cults of Isis. Agents, Images, and Practices_. _Religions in the Graeco-Roman world,_ 187, p. 509-538, Leyde, Boston, 2018, p. 538).
La «mèche d'Horus», héritée de l'ancienne Egypte, se maintint durant l'époque impériale romaine comme le démontrent l'iconographie, en particulier au IIIe siècle. Quant aux longues mèches réservées à l'arrière du crâne, interprétées à leur tour comme le signe distinctif de la consécration de l'enfant à Isis, elles ne singularisent pas plus de quatorze portraits d'enfants {% cite goette_romische_1989 -l 208 %} ; bien peu, donc, par rapport aux jeunes individus qui arborent une «mèche d'Horus» davantage respectueuse de la tradition, autrement dit portée sur le côté droit (plus marginalement sur le côté gauche) et retombant sur l'épaule. Si celle-ci représenta, dans l'Egypte ancienne, un marqueur social et de statut, elle put, au contraire, dans le monde romain, renvoyer plus directement à Isis {% cite backe-dahmen_roman_2018 -l 538 %}.
Assurément bien présentes à Chiragan, sous la forme de [statues de grand format](/ra-38-1), les divinités nilotiques ne peuvent cependant prouver la consécration de cet enfant à la grande déesse du Delta. Ainsi la coiffure pourrait-elle ici, plus modestement, renvoyer à un enfant, fragile par excellence, placé sous la protection de la déesse, garante de bonne santé et de postérité.
Assurément bien présentes à Chiragan, sous la forme de [statues de grand format](/ra-38-1), les divinités nilotiques ne peuvent cependant prouver la consécration de cet enfant à la grande déesse du Delta. Ainsi la coiffure pourrait-elle ici, plus modestement, renvoyer à un enfant, fragile par excellence, placé sous la protection de la déesse, garante de bonne santé et de postérité.
P. Capus
\ No newline at end of file
Markdown is supported
0%
or
You are about to add 0 people to the discussion. Proceed with caution.
Finish editing this message first!
Please register or to comment