[Walpurgisnacht] Write and publish weekly challenge

parent 1af869c1
---
date: 2020-05-01T16:33:42+01:00
title: La nuit de Walpurgis
slug: la-nuit-de-walpurgis
author: chop
license: CC BY-NC-ND 4.0
description: Ce soir, ma petite boutique de remèdes naturels ferme tôt. C'est une date importante.
inspirations: [ weekly, songfic ]
songfic:
title: Walpurgisnacht
link: https://youtu.be/nLgM1QJ3S_I
artist: Faun
artistLink: http://faune.de/
challenge:
period: 2020-05-01
rules:
- type: theme
constraint: sorcellerie
- type: songfic
personal: true
cover:
src: faun-walpurgisnacht.cover.jpg
alt: Des sorcières dansant autour d'un feu
by: Faun
authorLink: http://faune.de/de/media/
link: https://www.instagram.com/p/B_nVrYZngni/
socialSrc: faun-walpurgisnacht.jpg
---
Le coup de seize heures approche, mais quelques clients inspectent encore les rayons de ma petite boutique.
La pancarte à l'entrée annonce pourtant clairement que je ferme plus tôt aujourd'hui, comme chaque 30 avril.
La plupart de mes habitués supposent que c'est pour mieux profiter du 1<sup>er</sup> mai.
Ce n'est pas tout à fait exact, mais ils n'ont pas totalement tort non plus.
J'aurais tort de me plaindre. Mon affaire marche bien.
On aurait pu penser qu'un petit village comme Buchendorf n'aurait pas de place pour une échoppe de remèdes et produits naturels.
Le démarrage a été difficile, mes premiers clients étant surtout des curieux, mais le bouche-à-oreille a rapidement fait son effet après que ceux-là ont été satisfaits.
À présent, certains n'hésitent pas à prendre leur voiture pour parcourir la vingtaine de kilomètres qui nous séparent de Munich, parfois juste pour me demander conseil ou « pour le plaisir de me voir » --- oui, certains viennent juste pour flirter.
Comme ce jeune homme, qui vient souvent demander des remèdes pour sa mère et sa sœur.
Peut-être cherche-t-il à me montrer qu'il est prévenant et s'occupe bien de celles qui l'entourent ?
Aujourd'hui, il est venu me demander si j'avais quelque chose pour soulager sa mère des douleurs dont elle souffre dans les genoux.
Après m'être assurée qu'il ne s'agit pas d'arthrose, je l'accompagne devant un rayon et attrape un petit onguent en hauteur.
En me retournant, je surprends ses yeux qui remontent et un petit air coupable.
Visiblement, son regard n'avait pas suivi ma main lorsque mon dos était tourné. Qu'importe.
« Donnez-lui cet onguent, il devrait aider. On a du saule blanc et du laurier, utilisés depuis longtemps dans le traitement des rhumatismes --- c'est du saule que vient l'aspirine, vous savez.
Il y a aussi de la reine-des-prés pour lutter contre les douleurs articulaires et musculaires.
Le piment et le curcuma chaufferont un peu la zone, ça ne fera pas de mal.
— Ah, euh, merci.
Et... est-ce que je peux vous proposer un dîner ce soir ? »
Je souris gentiment.
Il a finalement osé faire le premier pas.
Quel dommage qu'il ne soit absolument pas mon genre.
Ce n'était de toute façon pas envisageable ce soir.
« Je suis désolée, j'ai déjà quelque chose de prévu. Bonne soirée à vous. »
Je le raccompagne à la porte.
Il était le dernier et je m'apprête à verrouiller la porte lorsqu'un autre jeune homme, que je n'ai jamais vu mais qui est bien plus à mon goût, se présente à la porte.
« Je suis désolée, Monsieur, mais je dois fermer.
— Oh, je vois, » répond-il, visiblement embarrassé.
Il me regarde quelques instants avant de reprendre : « Pardonnez-moi, je ne veux pas vous retenir, mais j'ai besoin de rameaux de chêne et d'abricotier pour ce soir.
Je vous serais très reconnaissant si vous pouviez me vendre ça. »
Ces deux essences, pour ce soir.
Serait-il possible que... ?
Oh et zut ! Mon enseigne comporte des feuilles de chêne, emblème d'hospitalité chez les Celtes.
Quelle hôtesse serais-je si je ne l'aidais pas avec un besoin si simple ?
Le chêne, que les Celtes considéraient comme symbole de la force invincible, et l'abricotier, nourriture des dieux et signe de passion et de sensualité.
Je vais dans ma réserve privée, celle dont seuls quelques clients versés dans l'ésotérisme connaissent l'existence, et lui rapporte quelques rameaux de chaque essence.
Je ne le fais pas payer, pas pour si peu.
D'autant que je veux me préparer pour ce soir.
Avant de partir, il me regarde avec un merveilleux sourire et me glisse : « À ce soir, peut-être. »
Ce ne serait pas une mauvaise nouvelle de le retrouver ce soir, en effet.
Je ferme la boutique, et file chez moi pour me changer et prendre tout ce dont je pourrais avoir besoin pour ce soir.
Plusieurs clients m'ont déjà demandé pourquoi j'étais venue m'installer dans ce tout petit patelin pour ma boutique.
Peu d'entre eux pourraient comprendre l'importance du _nemeton_ voisin pour quelqu'un de ma religion, la Wicca : les sanctuaires druidiques celtes sont des lieux de pouvoir.
La nuit commence à tomber lorsque j'y parviens, et le feu est déjà allumé.
Je suis visiblement la dernière de mon coven, mais il y a beaucoup de monde, wiccans ou non.
Aujourd'hui, nous fêtons Beltaine : le Dieu Cornu a atteint l'âge d'homme et désire la Grande Déesse, à qui il s'unit.
Mais c'est un sabbat que nous partageons avec d'autres ordres et mouvements de sorcières.
Ce soir, c'est la nuit de Walpurgis : les divinités du printemps se répandent dans la nature pour mettre fin à l'hiver.
Tous ensemble, sans distinction de culte, nous célébrons le retour de la vie et le triomphe sur le froid.
Nous dansons, buvons, mangeons, dansons et buvons encore.
Certains covens forcent leurs membres à pratiquer nus.
En ce qui me concerne, cela m'apparait juste comme une évidence en cette soirée de communion avec la nature.
Vient l'heure de la messe noire, qui n'a de messe que le nom.
Nous n'invoquons pas de créature noire, mais moquons l'Église qui a voulu imposer sa foi en interdisant nos cultes, en excommuniant les nôtres sans jamais comprendre ce qu'elles étaient.
La cérémonie se termine et les danses reprennent, les corps se rapprochant.
Certains s'allongent et fusionnent.
Après tout, nous célébrons le retour des dieux et déesses de la fécondité, ainsi que l'union du Cornu et de la Déesse.
Que serait cette fête sans quelques rapprochements charnels ?
Une branche se pose sur mon épaule et je l'attrape : c'est un rameau d'abricotier.
Je me retourne et me retrouve face à mon client retardataire, toujours paré de son magnifique sourire.
« Le chêne, c'était mon offrande pour les dieux, m'annonce-t-il. L'abricotier, c'est pour toi. »
Ceci va être l'occasion de mesurer sa reconnaissance. Ce Beltaine sera sans nul doute encore plus mémorable que les autres.
---
date: 2020-05-01T16:33:42+01:00
title: Walpurgis Night
slug: walpurgis-night
author: chop
license: CC BY-NC-ND 4.0
description: Tonight, my little shop for natural remedies closes early. It's an important day.
inspirations: [ weekly, songfic ]
songfic:
title: Walpurgisnacht
link: https://youtu.be/nLgM1QJ3S_I
artist: Faun
artistLink: http://faune.de/
challenge:
period: 2020-05-01
rules:
- type: theme
constraint: witchcraft
- type: songfic
personal: true
cover:
src: faun-walpurgisnacht.cover.jpg
alt: Witches dancing around a fire
by: Faun
authorLink: http://faune.de/de/media/
link: https://www.instagram.com/p/B_nVrYZngni/
socialSrc: faun-walpurgisnacht.jpg
---
It's nearly four o'clock, but some customers still inspect the shelves of my little shop.
The sign at the entrance clearly announces that I'm closing earlier today, as I do every year on April 30<sup>th</sup>.
Most of my regulars assume it's to make the most of May 1<sup>st</sup>.
Well, that's not entirely true, but they're not entirely wrong either.
I shouldn't complain.
My business is doing well.
You'd think a small village like Buchendorf wouldn't have room for a shop selling natural remedies and products.
Starting was the hard part.
My first customers were essentially curious people, but the word quickly got around after they were satisfied.
Now, some of them don't hesitate to drive the twenty or so kilometres between here and Munich, sometimes just to ask me for advice or for "the pleasure of seeing me"---yes, some come only to flirt.
This young man's one of them.
He often comes to ask for remedies for his mother and sister.
Perhaps he's trying to show me how well he takes care of the women of his life?
Today, he's asking about something to help his mother with the pains in her knees.
I made sure it's not osteoarthritis and I led him to a shelf where I grabbed an ointment from high up.
As I turn around, I catch his eyes going up and a slightly guilty look on his face.
I guess his gaze went down rather than following my hand when my back was turned.
Let's forget about it, he's nice enough to be forgiven that.
Comme ce jeune homme, qui vient souvent demander des remèdes pour sa mère et sa sœur.
"Give her this ointment, this should help.
There's white willow and laurel, they've long been used in the treatment of rheumatism---aspirin comes from willow, you know.
There's also meadowsweet for joint and muscle pain.
The chili and turmeric will warm the area up a bit, it will help."
"Ah, uh, thank you," he replies, as shy as ever. "And ... can I buy you dinner tonight?"
This brings a smile to my face. He finally dared to ask. What a pity he's not my type at all, and tonight was out of the question anyway. "I'm sorry, I already have plans. Good evening to you."
I walk him to the door.
He was the last and I can finally lock the door when another man, whom I've never seen but who's much more to my taste, comes to the door.
"I'm sorry, Sir, but I'm closing."
"Oh, I see," he answers with a bit of embarrassment.
He pauses and looks at me for a moment, before continuing, "I'm sorry, I don't want to be a bother, but I need some oaks and apricots twigs for tonight.
I'd be very grateful if you could sell me those."
These two essences, for tonight? Could it be that...?
Well, I added oak leaves as the Celtic symbol of hospitality on my sign.
I wouldn't be much of a host if I didn't help with something so simple.
The oak, which the Celts considered as a symbol of invincible strength, and the apricot tree, food for the gods as well as a sign of passion and sensuality.
I go to my private storeroom, the one only a few customers versed in esotericism know about, and bring back a few branches of each.
I don't charge him, not for so little.
What's more, I'm in a hurry to get ready for tonight;
Before leaving, he looks at me with a wonderful smile and says, "See you tonight, maybe."
It wouldn't be bad news to find him tonight, indeed.
I close up the ship, and go home to change and grab everything I need for tonight.
Several customers asked me why I moved to this tiny little place for my shop.
Few of them could understand the importance of the _nemeton_ not far from here.
For someone of my religion, the Wicca, Celtic sacred places are places of power.
Night begins to fall when I reach the shrine, and the fire is already lit.
I am obviously the last of my coven to get here, but there are many people tonight, Wiccans or not.
Today is Beltane for us: the Horned God reaches manhood and desires the Mother Goddess, and they unite.
But it's a Sabbath we share with other orders and movements.
Tonight is also the night of Walpurgis: the deities of spring are spreading in nature to end winter.
Together, without distinction of faith, we celebrate the return of life and the triumph over the cold.
We dance, drink, eat, dance and drink again.
Some covens force their members to be naked.
To me, shedding my clothes feels just natural in this evening of communion with nature.
Comes the time of the black mass, which is a mass only in name.
We don't pray or invoke black creatures.
Instead, we mock the Church that tried to impose its faith by forbidding or cults, by excommunicating ours without ever understanding who and what they were.
The ceremony ends and the dances begin again, the bodies coming closer together.
Some lie down and merge.
After all, we celebrate the return of the gods and goddesses of fertility, and the union of the Horned One and the Goddess.
What would this celebration be without some carnal bonding?
A branch falls on my shoulder and I grab it: it's an apricot twig.
I turn around and face my late customer, still adorned with his beautiful smile.
"The oak tree was my offering to the gods," he tells me, "but the apricot tree is for you."
This will be the opportunity to measure his gratitude. This Beltane will undoubtedly be even more memorable than the others.
Markdown is supported
0%
or
You are about to add 0 people to the discussion. Proceed with caution.
Finish editing this message first!
Please register or to comment