Commit 5dd65c62 authored by ABRÜPT éditions's avatar ABRÜPT éditions

Boîte à outils pour fabriquer un livre papier ou numérique

parents
Copyright (c) 2018 ABRUPT éditions (abrupt.ch/contact).
Permission is hereby granted, free of charge, to any person obtaining
a copy of this software and associated documentation files (the
"Software"), to deal in the Software without restriction, including
without limitation the rights to use, copy, modify, merge, publish,
distribute, sublicense, and/or sell copies of the Software, and to
permit persons to whom the Software is furnished to do so, subject to
the following conditions:
The above copyright notice and this permission notice shall be
included in all copies or substantial portions of the Software.
THE SOFTWARE IS PROVIDED "AS IS", WITHOUT WARRANTY OF ANY KIND,
EXPRESS OR IMPLIED, INCLUDING BUT NOT LIMITED TO THE WARRANTIES OF
MERCHANTABILITY, FITNESS FOR A PARTICULAR PURPOSE AND
NONINFRINGEMENT. IN NO EVENT SHALL THE AUTHORS OR COPYRIGHT HOLDERS BE
LIABLE FOR ANY CLAIM, DAMAGES OR OTHER LIABILITY, WHETHER IN AN ACTION
OF CONTRACT, TORT OR OTHERWISE, ARISING FROM, OUT OF OR IN CONNECTION
WITH THE SOFTWARE OR THE USE OR OTHER DEALINGS IN THE SOFTWARE.
.PHONY: cleantex cleanall tout
#
# Variables
#
## Extension des fichiers textes (ex.: txt, md, markdown)
MEXT = txt
## Tous les fichiers textes dans le dossier contenant le texte brut de l'ouvrage
SRC = $(sort $(wildcard texte/*.$(MEXT)))
## Le fichier contenant la bibliographie
BIB = bibliographie/sources.bib
## CSL stylesheet (un style possible pour la bibliographie)
CSL = bibliographie/style.csl
# Nom du fichier PDF produit (il porte le nom du dossier)
NOM = $(shell basename $(CURDIR))
# Template
GABARIT = gabarit/livre.tex
GABARIT_COUVERTURE = gabarit/couverture.tex
#
# Spécificités du livre
#
hauteur = 181mm
largeur = 121mm
fondperdu = 5mm
dos = 7mm
titre_table = Table des matières
titre_bibliographie = Bibliographie
# Police (ebgaramond, librecaslon, librebaskerville, un autre paquet TeX de police,
# sinon modifier le gabarit avec le paquet fontspec pour une police particulière)
# En fonction du choix de la police, il faudra optimiser certains espacements
# Comme le tocnumwidth pour les chapitres (à agrandir par ex. pour le Baskerville)
police = ebgaramond
# des options pour la police
# (par ex. lining pour un alignement des chiffres avec le Garamond, mais rien avec le Baskerville)
policeoptions = lining
html:
pandoc -s -f markdown -t html --self-contained --top-level-division=chapter --filter pandoc-citeproc --csl=$(CSL) --bibliography=$(BIB) --metadata reference-section-title="$(titre_bibliographie)" --toc --toc-depth=3 --template=gabarit/html/web.html --css=gabarit/html/web.css -o $(NOM).html $(SRC)
tex:
pandoc -s -f markdown -t latex --pdf-engine=lualatex --top-level-division=chapter --filter pandoc-citeproc --csl=$(CSL) --bibliography=$(BIB) --metadata reference-section-title="$(titre_bibliographie)" --toc --toc-depth=3 -V toc-title="$(titre_table)" -V police="$(police)" -V policeoptions="$(policeoptions)" -V hauteur="$(hauteur)" -V largeur="$(largeur)" --template=$(GABARIT) -o $(NOM).tex $(SRC)
odt:
pandoc -s -f markdown -t odt --top-level-division=chapter --filter pandoc-citeproc --csl=$(CSL) --bibliography=$(BIB) --metadata reference-section-title="$(titre_bibliographie)" --toc --toc-depth=3 -o $(NOM).odt $(SRC)
pdf:
pandoc -s -f markdown -t latex --pdf-engine=lualatex --top-level-division=chapter --filter pandoc-citeproc --csl=$(CSL) --bibliography=$(BIB) --metadata reference-section-title="$(titre_bibliographie)" --toc --toc-depth=3 -V toc-title="$(titre_table)" -V police="$(police)" -V policeoptions="$(policeoptions)" -V hauteur="$(hauteur)" -V largeur="$(largeur)" --template=$(GABARIT) -o $(NOM).pdf $(SRC)
couv:
pandoc -s -f markdown -t latex --pdf-engine=lualatex -V police="$(police)" -V policeoptions="$(policeoptions)" -V hauteur="$(hauteur)" -V largeur="$(largeur)" -V fondperdu="$(fondperdu)" -V dos="$(dos)" --template=$(GABARIT_COUVERTURE) -o couverture.pdf gabarit/meta_couverture.txt
epub:
pandoc -s -f markdown -t epub2 --epub-cover-image=gabarit/ebook/couverture_ebook.jpg --css=gabarit/ebook/ebook.css --epub-embed-font=gabarit/ebook/fonts/EBGaramond12-*.otf --template=gabarit/ebook/gabarit.epub2 --filter pandoc-citeproc --csl=$(CSL) --bibliography=$(BIB) --metadata reference-section-title="$(titre_bibliographie)" --epub-chapter-level=1 --base-header-level=1 -o ebook.epub $(SRC)
epub_notes:
./gabarit/ebook/replace.php
txt:
pandoc -s -f markdown -t markdown --top-level-division=chapter --atx-headers --wrap=auto --filter pandoc-citeproc --csl=$(CSL) --bibliography=$(BIB) -o $(NOM).txt $(SRC)
livre:
./livre.sh
cleantex:
latexmk -c && rm -f *.xml
cleanall:
latexmk -c && rm -f *.xml && rm -f *.html *.odt *.txt *.epub *.idx *.tex *.pdf
tout: livre couv epub epub_notes txt odt html
This diff is collapsed.
@InCollection{deleuzeile2002,
author = {Gilles Deleuze},
title = {Causes et raisons des îles désertes},
pages = {11--17},
editor = {David Lapoujade},
booktitle = {L'île déserte et autres textes -- Textes et entretiens 1953-1974},
address = {Paris},
publisher = {Les Éditions de Minuit},
year = 2002
}
@Book{aristotemetaphysique1879,
author = {{Aristote}},
title = {Métaphysique},
location = {Paris},
publisher = {Librairie Germer-Baillière},
date = {1879}
}
@Book{deleuzefoucault2004,
author = {Gilles Deleuze},
title = {Foucault},
location = {Paris},
publisher = {Les Editions de Minuit},
date = {2004}
}
@Book{deleuzemille1980,
author = {Gilles Deleuze and Félix Guattari},
title = {Mille plateaux -- Capitalisme et schizophrénie},
location = {Paris},
publisher = {Les éditions de minuit},
date = {1980}
}
@Book{agambenstate2005,
author = {Giorgio Agamben},
title = {State of exception},
location = {Chicago},
publisher = {The University of Chicago Press},
date = {2005}
}
@Book{agambenhomosacer1998,
author = {Giorgio Agamben},
title = {Homo sacer : Sovereign power and bare life [édition électronique]},
location = {Stanford},
publisher = {Stanford University Press},
date = {1998}
}
@Article{zizekunknown2006,
author = {Slavoj Zizek},
title = {Philosophy, the “unknown knowns”, and the public use of reason},
journaltitle = {Topoi},
volume = 25,
number = 1-2,
pages = {137-142},
date = {2006}
}
@InCollection{browndemocratie2009,
author = {Wendy Brown},
title = {Nous sommes tous démocrates à présent},
pages = {59-75},
booktitle = {Démocratie, dans quel état ?},
location = {Paris},
publisher = {La Fabrique},
date = {2009}
}
@InCollection{hesiodehymnes1869,
author = {{Hésiode}},
title = {Théogonie},
pages = {3-38},
editor = {Charles Marie René {Leconte de Lisle}},
booktitle = {Hésiode -- Hymnes orphiques -- Théocrite -- Bion -- Moskhos -- Tyrtée -- Odes anacréontiques},
location = {Paris},
publisher = {Lemerre},
date = {1869}
}
@Book{nietzscheantechrist2005,
author = {Friedrich Nietzsche},
title = {L'Antéchrist},
location = {Paris},
publisher = {Gallimard},
date = {2005}
}
@Book{nietzschecrepuscule2004,
author = {Friedrich Nietzsche},
title = {Crépuscule des idoles},
location = {Paris},
publisher = {Gallimard},
date = {2004}
}
@Book{arendthuman1958,
author = {Hannah Arendt},
title = {The human condition},
location = {Chicago},
publisher = {The University of Chicago Press},
date = {1958}
}
@Book{arendtorigins1960,
author = {Hannah Arendt},
title = {The Origins of totalitarianism},
location = {New York},
publisher = {Meridian Books},
date = {1960}
}
@Book{mouffegramsci2014,
editor = {Chantal Mouffe},
title = {Gramsci and marxist theory},
location = {New York},
publisher = {Routledge},
date = {2014}
}
This diff is collapsed.
This source diff could not be displayed because it is too large. You can view the blob instead.
This source diff could not be displayed because it is too large. You can view the blob instead.
---
author: Prénom Nom
date: 4 février 2042
description: 'Une description de l''ouvrage.'
identifier:
- scheme: 'ISBN-13'
text: '978-0-0000-1111-0'
lang: fr
publisher: Usine Livre
rights: '© 2018 ABRUPT, CC BY-NC-SA'
subject: 'un, deux, trois'
title: Le titre de votre livre
---
\setchapterpreamble[ur]{\dictum[Lorem Ipsum, \textit{Un livre Ipsum}]{Lorem ipsum dolor sit amet, consetetur sadipscing elitr, sed diam nonumy eirmod tempor invidunt ut labore et dolore magna aliquyam erat, sed diam voluptua.}\vskip1\baselineskip}
# Préface {#préface .unnumbered}
Lorem ipsum dolor sit amet, consetetur sadipscing elitr, sed diam nonumy eirmod tempor invidunt ut labore et dolore magna aliquyam erat, sed diam voluptua. At vero eos et accusam et justo duo dolores et ea rebum. Stet clita kasd gubergren, no sea takimata sanctus est Lorem ipsum dolor sit amet. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur. Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum.
# Introduction {#introduction .unnumbered}
Longtemps, je me suis couché de bonne heure[^3_introduction_1]. Parfois, à peine ma bougie éteinte, mes yeux se fermaient si vite que je n'avais pas le temps de me dire : « Je m'endors. » Et, une demi-heure après, la pensée qu'il était temps de chercher le sommeil m'éveillait ; je voulais poser le volume que je croyais avoir encore dans les mains et souffler ma lumière ; je n'avais pas cessé en dormant de faire des réflexions sur ce que je venais de lire, mais ces réflexions avaient pris un tour un peu particulier ; il me semblait que j'étais moi-même ce dont parlait l'ouvrage : une église, un quatuor, la rivalité de François Ier et de Charles-Quint[^3_introduction_2]. Cette croyance survivait pendant quelques secondes à mon réveil ; elle ne choquait pas ma raison, mais pesait comme des écailles sur mes yeux et les empêchait de se rendre compte que le bougeoir n'était pas allumé. Puis elle commençait à me devenir inintelligible, comme après la métempsycose les pensées d'une existence antérieure ; le sujet du livre se détachait de moi, j'étais libre de m'y appliquer ou non ; aussitôt je recouvrais la vue et j'étais bien étonné de trouver autour de moi une obscurité, douce et reposante pour mes yeux, mais peut-être plus encore pour mon esprit, à qui elle apparaissait comme une chose sans cause, incompréhensible, comme une chose vraiment obscure. Je me demandais quelle heure il pouvait être ; j'entendais le sifflement des trains qui, plus ou moins éloigné, comme le chant d'un oiseau dans une forêt, relevant les distances, me décrivait l'étendue de la campagne déserte[^3_introduction_3] où le voyageur se hâte vers la station prochaine ; et le petit chemin qu'il suit va être gravé dans son souvenir par l'excitation qu'il doit à des lieux nouveaux, à des actes inaccoutumés, à la causerie récente et aux adieux sous la lampe étrangère qui le suivent encore dans le silence de la nuit, à la douceur prochaine du retour.
[^3_introduction_1]: Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur. Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum, [@agambenstate2005, p.42].
[^3_introduction_2]: [@deleuzeile2002].
[^3_introduction_3]: Lorem ipsum dolor sit amet, [@arendtorigins1960, p.42].
This diff is collapsed.
This diff is collapsed.
This diff is collapsed.
# Conclusion {#conclusion .unnumbered}
Il y avait déjà bien des années que, de Combray[^7_conclusion_1], tout ce qui n'était pas le théâtre et le drame de mon coucher n'existait plus pour moi, quand un jour d'hiver, comme je rentrais à la maison, ma mère, voyant que j'avais froid, me proposa de me faire prendre, contre mon habitude, un peu de thé. Je refusai d'abord et, je ne sais pourquoi, je me ravisai. Elle envoya chercher un de ces gâteaux courts et dodus appelés Petites Madeleines qui semblaient avoir été moulés dans la valve rainurée d'une coquille de Saint-Jacques. Et bientôt, machinalement, accablé par la morne journée et la perspective d'un triste lendemain, je portai à mes lèvres une cuillerée du thé où j'avais laissé s'amollir un morceau de madeleine[^7_conclusion_2]. Mais à l'instant même où la gorgée mêlée des miettes du gâteau toucha mon palais, je tressaillis, attentif à ce qui se passait d'extraordinaire en moi. Un plaisir délicieux m'avait envahi, isolé, sans la notion de sa cause. Il m'avait aussitôt rendu les vicissitudes de la vie indifférentes, ses désastres inoffensifs, sa brièveté illusoire, de la même façon qu'opère l'amour, en me remplissant d'une essence précieuse : ou plutôt cette essence n'était pas en moi, elle était moi. J'avais cessé de me sentir médiocre, contingent, mortel. D'où avait pu me venir cette puissante joie ? Je sentais qu'elle était liée au goût du thé et du gâteau, mais qu'elle le dépassait infiniment, ne devait pas être de même nature. D'où venait-elle ? Que signifiait-elle[^7_conclusion_3] ? Où l'appréhender ? Je bois une seconde gorgée où je ne trouve rien de plus que dans la première, une troisième qui m'apporte un peu moins que la seconde. Il est temps que je m'arrête, la vertu du breuvage semble diminuer. Il est clair que la vérité que je cherche n'est pas en lui, mais en moi. Il l'y a éveillée, mais ne la connaît pas, et ne peut que répéter indéfiniment, avec de moins en moins de force, ce même témoignage que je ne sais pas interpréter et que je veux au moins pouvoir lui redemander et retrouver intact à ma disposition, tout à l'heure, pour un éclaircissement décisif. Je pose la tasse et me tourne vers mon esprit. C'est à lui de trouver la vérité. Mais comment ? Grave incertitude, toutes les fois que l'esprit se sent dépassé par lui-même ; quand lui, le chercheur, est tout ensemble le pays obscur où il doit chercher et où tout son bagage ne lui sera de rien. Chercher ? pas seulement : créer[^7_conclusion_4]. Il est en face de quelque chose qui n'est pas encore et que seul il peut réaliser, puis faire entrer dans sa lumière.
Et je recommence à me demander quel pouvait être cet état inconnu, qui n'apportait aucune preuve logique mais l'évidence de sa félicité, de sa réalité devant laquelle les autres s'évanouissaient. Je veux essayer de le faire réapparaître. Je rétrograde par la pensée au moment où je pris la première cuillerée de thé. Je retrouve le même état, sans une clarté nouvelle. Je demande à mon esprit un effort de plus, de ramener encore une fois la sensation qui s'enfuit. Et, pour que rien ne brise l'élan dont il va tâcher de la ressaisir, j'écarte tout obstacle, toute idée étrangère, j'abrite mes oreilles et mon attention contre les bruits de la chambre voisine. Mais sentant mon esprit qui se fatigue sans réussir, je le force au contraire à prendre cette distraction que je lui refusais, à penser à autre chose, à se refaire avant une tentative suprême. Puis une deuxième fois, je fais le vide devant lui, je remets en face de lui la saveur encore récente de cette première gorgée et je sens tressaillir en moi quelque chose qui se déplace, voudrait s'élever, quelque chose qu'on aurait désancré, à une grande profondeur ; je ne sais ce que c'est, mais cela monte lentement ; j'éprouve la résistance et j'entends la rumeur des distances traversées.
Certes, ce qui palpite ainsi au fond de moi, ce doit être l'image, le souvenir visuel, qui, lié à cette saveur, tente de la suivre jusqu'à moi. Mais il se débat trop loin, trop confusément ; à peine si je perçois le reflet neutre où se confond l'insaisissable tourbillon des couleurs remuées ; mais je ne puis distinguer la forme, lui demander, comme au seul interprète possible, de me traduire le témoignage de sa contemporaine, de son inséparable compagne, la saveur, lui demander de m'apprendre de quelle circonstance particulière, de quelle époque du passé il s'agit.
Arrivera-t-il jusqu'à la surface de ma claire conscience, ce souvenir, l'instant ancien que l'attraction d'un instant identique est venue de si loin solliciter, émouvoir, soulever tout au fond de moi ? Je ne sais. Maintenant je ne sens plus rien, il est arrêté, redescendu peut-être ; qui sait s'il remontera jamais de sa nuit ? Dix fois il me faut recommencer, me pencher vers lui. Et chaque fois la lâcheté qui nous détourne de toute tâche difficile, de toute œuvre importante, m'a conseillé de laisser cela, de boire mon thé en pensant simplement à mes ennuis d'aujourd'hui, à mes désirs de demain qui se laissent remâcher sans peine.
Et tout d'un coup le souvenir m'est apparu. Ce goût, c'était celui du petit morceau de madeleine que le dimanche matin à Combray (parce que ce jour-là je ne sortais pas avant l'heure de la messe), quand j'allais lui dire bonjour dans sa chambre, ma tante Léonie m'offrait après l'avoir trempé dans son infusion de thé ou de tilleul. La vue de la petite madeleine ne m'avait rien rappelé avant que je n'y eusse goûté ; peut-être parce que, en ayant souvent aperçu depuis, sans en manger, sur les tablettes des pâtissiers, leur image avait quitté ces jours de Combray pour se lier à d'autres plus récents ; peut-être parce que, de ces souvenirs abandonnés si longtemps hors de la mémoire, rien ne survivait, tout s'était désagrégé ; les formes --- et celle aussi du petit coquillage de pâtisserie, si grassement sensuel sous son plissage sévère et dévot --- s'étaient abolies, ou, ensommeillées, avaient perdu la force d'expansion qui leur eût permis de rejoindre la conscience. Mais, quand d'un passé ancien rien ne subsiste, après la mort des êtres, après la destruction des choses, seules, plus frêles mais plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l'odeur et la saveur restent encore longtemps, comme des âmes, à se rappeler, à attendre, à espérer, sur la ruine de tout le reste, à porter sans fléchir, sur leur gouttelette presque impalpable, l'édifice immense du souvenir.
Et dès que j'eus reconnu le goût du morceau de madeleine trempé dans le tilleul que me donnait ma tante (quoique je ne susse pas encore et dusse remettre à bien plus tard de découvrir pourquoi ce souvenir me rendait si heureux), aussitôt la vieille maison grise sur la rue, où était sa chambre, vint comme un décor de théâtre s'appliquer au petit pavillon donnant sur le jardin, qu'on avait construit pour mes parents sur ses derrières (ce pan tronqué que seul j'avais revu jusque-là) ; et avec la maison, la ville, la Place où on m'envoyait avant déjeuner, les rues où j'allais faire des courses depuis le matin jusqu'au soir et par tous les temps, les chemins qu'on prenait si le temps était beau. Et comme dans ce jeu où les Japonais s'amusent à tremper dans un bol de porcelaine rempli d'eau de petits morceaux de papier jusque-là indistincts qui, à peine y sont-ils plongés s'étirent, se contournent, se colorent, se différencient, deviennent des fleurs, des maisons, des personnages consistants et reconnaissables, de même maintenant toutes les fleurs de notre jardin et celles du parc de M. Swann, et les nymphéas de la Vivonne, et les bonnes gens du village et leurs petits logis et l'église et tout Combray et ses environs, tout cela qui prend forme et solidité, est sorti, ville et jardins, de ma tasse de thé.
[^7_conclusion_1]: [@deleuzeile2002].
[^7_conclusion_2]: [@deleuzeile2002, p. 42].
[^7_conclusion_3]: [@agambenhomosacer1998, p. 42].
[^7_conclusion_4]: [@deleuzeile2002, p. 24].
---
author: Prénom Nom
date: 4 février 2042
description: 'Une description de l''ouvrage.'
identifier:
- scheme: 'ISBN-13'
text: '978-0-0000-1111-0'
lang: fr
publisher: Usine Livre
rights: '© 2018 ABRUPT, CC BY-NC-SA'
subject: 'un, deux, trois'
title: Le titre de votre livre
---
\thispagestyle{empty}
\vspace*{2.4cm}
\dictum[Lorem Ipsum, \textit{Un livre Ipsum}]{Lorem ipsum dolor sit amet, consetetur sadipscing elitr, sed diam nonumy eirmod tempor invidunt ut labore et dolore magna aliquyam erat, sed diam voluptua.}
\clearpage
This diff is collapsed.
---
author: Prénom Nom
date: 4 février 2042
description: 'Une description de l''ouvrage.'
identifier:
- scheme: 'ISBN-13'
text: '978-0-0000-1111-0'
lang: fr
publisher: Usine Livre
rights: '© 2018 ABRUPT, CC BY-NC-SA'
subject: 'un, deux, trois'
title: Le titre de votre livre
---
\thispagestyle{empty}
\vspace*{2.4cm}
\dictum[Lorem Ipsum, \textit{Un livre Ipsum}]{Lorem ipsum dolor sit amet, consetetur sadipscing elitr, sed diam nonumy eirmod tempor invidunt ut labore et dolore magna aliquyam erat, sed diam voluptua.}
\clearpage
# L'action n'a pas de visage {#laction-na-pas-de-visage .unnumbered}
Longtemps, je me suis couché de bonne heure. Parfois, à peine ma bougie éteinte, mes yeux se fermaient si vite que je n'avais pas le temps de me dire : « Je m'endors. » Et, une demi-heure après, la pensée qu'il était temps de chercher le sommeil m'éveillait ; je voulais poser le volume que je croyais avoir encore dans les mains et souffler ma lumière ; je n'avais pas cessé en dormant de faire des réflexions sur ce que je venais de lire, mais ces réflexions avaient pris un tour un peu particulier ; il me semblait que j'étais moi-même ce dont parlait l'ouvrage : une église, un quatuor, la rivalité de François Ier et de Charles-Quint. Cette croyance survivait pendant quelques secondes à mon réveil ; elle ne choquait pas ma raison, mais pesait comme des écailles sur mes yeux et les empêchait de se rendre compte que le bougeoir n'était pas allumé. Puis elle commençait à me devenir inintelligible, comme après la métempsycose les pensées d'une existence antérieure ; le sujet du livre se détachait de moi, j'étais libre de m'y appliquer ou non ; aussitôt je recouvrais la vue et j'étais bien étonné de trouver autour de moi une obscurité, douce et reposante pour mes yeux, mais peut-être plus encore pour mon esprit, à qui elle apparaissait comme une chose sans cause, incompréhensible, comme une chose vraiment obscure. Je me demandais quelle heure il pouvait être ; j'entendais le sifflement des trains qui, plus ou moins éloigné, comme le chant d'un oiseau dans une forêt, relevant les distances, me décrivait l'étendue de la campagne déserte où le voyageur se hâte vers la station prochaine ; et le petit chemin qu'il suit va être gravé dans son souvenir par l'excitation qu'il doit à des lieux nouveaux, à des actes inaccoutumés, à la causerie récente et aux adieux sous la lampe étrangère qui le suivent encore dans le silence de la nuit, à la douceur prochaine du retour.
This diff is collapsed.
This diff is collapsed.
This diff is collapsed.
# L'instant clef {#linstant-clef .unnumbered}
Il y avait déjà bien des années que, de Combray, tout ce qui n'était pas le théâtre et le drame de mon coucher n'existait plus pour moi, quand un jour d'hiver, comme je rentrais à la maison, ma mère, voyant que j'avais froid, me proposa de me faire prendre, contre mon habitude, un peu de thé. Je refusai d'abord et, je ne sais pourquoi, je me ravisai. Elle envoya chercher un de ces gâteaux courts et dodus appelés Petites Madeleines qui semblaient avoir été moulés dans la valve rainurée d'une coquille de Saint-Jacques. Et bientôt, machinalement, accablé par la morne journée et la perspective d'un triste lendemain, je portai à mes lèvres une cuillerée du thé où j'avais laissé s'amollir un morceau de madeleine. Mais à l'instant même où la gorgée mêlée des miettes du gâteau toucha mon palais, je tressaillis, attentif à ce qui se passait d'extraordinaire en moi. Un plaisir délicieux m'avait envahi, isolé, sans la notion de sa cause. Il m'avait aussitôt rendu les vicissitudes de la vie indifférentes, ses désastres inoffensifs, sa brièveté illusoire, de la même façon qu'opère l'amour, en me remplissant d'une essence précieuse : ou plutôt cette essence n'était pas en moi, elle était moi. J'avais cessé de me sentir médiocre, contingent, mortel. D'où avait pu me venir cette puissante joie ? Je sentais qu'elle était liée au goût du thé et du gâteau, mais qu'elle le dépassait infiniment, ne devait pas être de même nature. D'où venait-elle ? Que signifiait-elle ? Où l'appréhender ? Je bois une seconde gorgée où je ne trouve rien de plus que dans la première, une troisième qui m'apporte un peu moins que la seconde. Il est temps que je m'arrête, la vertu du breuvage semble diminuer. Il est clair que la vérité que je cherche n'est pas en lui, mais en moi. Il l'y a éveillée, mais ne la connaît pas, et ne peut que répéter indéfiniment, avec de moins en moins de force, ce même témoignage que je ne sais pas interpréter et que je veux au moins pouvoir lui redemander et retrouver intact à ma disposition, tout à l'heure, pour un éclaircissement décisif. Je pose la tasse et me tourne vers mon esprit. C'est à lui de trouver la vérité. Mais comment ? Grave incertitude, toutes les fois que l'esprit se sent dépassé par lui-même ; quand lui, le chercheur, est tout ensemble le pays obscur où il doit chercher et où tout son bagage ne lui sera de rien. Chercher ? pas seulement : créer. Il est en face de quelque chose qui n'est pas encore et que seul il peut réaliser, puis faire entrer dans sa lumière.
Et je recommence à me demander quel pouvait être cet état inconnu, qui n'apportait aucune preuve logique mais l'évidence de sa félicité, de sa réalité devant laquelle les autres s'évanouissaient. Je veux essayer de le faire réapparaître. Je rétrograde par la pensée au moment où je pris la première cuillerée de thé. Je retrouve le même état, sans une clarté nouvelle. Je demande à mon esprit un effort de plus, de ramener encore une fois la sensation qui s'enfuit. Et, pour que rien ne brise l'élan dont il va tâcher de la ressaisir, j'écarte tout obstacle, toute idée étrangère, j'abrite mes oreilles et mon attention contre les bruits de la chambre voisine. Mais sentant mon esprit qui se fatigue sans réussir, je le force au contraire à prendre cette distraction que je lui refusais, à penser à autre chose, à se refaire avant une tentative suprême. Puis une deuxième fois, je fais le vide devant lui, je remets en face de lui la saveur encore récente de cette première gorgée et je sens tressaillir en moi quelque chose qui se déplace, voudrait s'élever, quelque chose qu'on aurait désancré, à une grande profondeur ; je ne sais ce que c'est, mais cela monte lentement ; j'éprouve la résistance et j'entends la rumeur des distances traversées.
Certes, ce qui palpite ainsi au fond de moi, ce doit être l'image, le souvenir visuel, qui, lié à cette saveur, tente de la suivre jusqu'à moi. Mais il se débat trop loin, trop confusément ; à peine si je perçois le reflet neutre où se confond l'insaisissable tourbillon des couleurs remuées ; mais je ne puis distinguer la forme, lui demander, comme au seul interprète possible, de me traduire le témoignage de sa contemporaine, de son inséparable compagne, la saveur, lui demander de m'apprendre de quelle circonstance particulière, de quelle époque du passé il s'agit.
Arrivera-t-il jusqu'à la surface de ma claire conscience, ce souvenir, l'instant ancien que l'attraction d'un instant identique est venue de si loin solliciter, émouvoir, soulever tout au fond de moi ? Je ne sais. Maintenant je ne sens plus rien, il est arrêté, redescendu peut-être ; qui sait s'il remontera jamais de sa nuit ? Dix fois il me faut recommencer, me pencher vers lui. Et chaque fois la lâcheté qui nous détourne de toute tâche difficile, de toute œuvre importante, m'a conseillé de laisser cela, de boire mon thé en pensant simplement à mes ennuis d'aujourd'hui, à mes désirs de demain qui se laissent remâcher sans peine.
Et tout d'un coup le souvenir m'est apparu. Ce goût, c'était celui du petit morceau de madeleine que le dimanche matin à Combray (parce que ce jour-là je ne sortais pas avant l'heure de la messe), quand j'allais lui dire bonjour dans sa chambre, ma tante Léonie m'offrait après l'avoir trempé dans son infusion de thé ou de tilleul. La vue de la petite madeleine ne m'avait rien rappelé avant que je n'y eusse goûté ; peut-être parce que, en ayant souvent aperçu depuis, sans en manger, sur les tablettes des pâtissiers, leur image avait quitté ces jours de Combray pour se lier à d'autres plus récents ; peut-être parce que, de ces souvenirs abandonnés si longtemps hors de la mémoire, rien ne survivait, tout s'était désagrégé ; les formes --- et celle aussi du petit coquillage de pâtisserie, si grassement sensuel sous son plissage sévère et dévot --- s'étaient abolies, ou, ensommeillées, avaient perdu la force d'expansion qui leur eût permis de rejoindre la conscience. Mais, quand d'un passé ancien rien ne subsiste, après la mort des êtres, après la destruction des choses, seules, plus frêles mais plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l'odeur et la saveur restent encore longtemps, comme des âmes, à se rappeler, à attendre, à espérer, sur la ruine de tout le reste, à porter sans fléchir, sur leur gouttelette presque impalpable, l'édifice immense du souvenir.
Et dès que j'eus reconnu le goût du morceau de madeleine trempé dans le tilleul que me donnait ma tante (quoique je ne susse pas encore et dusse remettre à bien plus tard de découvrir pourquoi ce souvenir me rendait si heureux), aussitôt la vieille maison grise sur la rue, où était sa chambre, vint comme un décor de théâtre s'appliquer au petit pavillon donnant sur le jardin, qu'on avait construit pour mes parents sur ses derrières (ce pan tronqué que seul j'avais revu jusque-là) ; et avec la maison, la ville, la Place où on m'envoyait avant déjeuner, les rues où j'allais faire des courses depuis le matin jusqu'au soir et par tous les temps, les chemins qu'on prenait si le temps était beau. Et comme dans ce jeu où les Japonais s'amusent à tremper dans un bol de porcelaine rempli d'eau de petits morceaux de papier jusque-là indistincts qui, à peine y sont-ils plongés s'étirent, se contournent, se colorent, se différencient, deviennent des fleurs, des maisons, des personnages consistants et reconnaissables, de même maintenant toutes les fleurs de notre jardin et celles du parc de M. Swann, et les nymphéas de la Vivonne, et les bonnes gens du village et leurs petits logis et l'église et tout Combray et ses environs, tout cela qui prend forme et solidité, est sorti, ville et jardins, de ma tasse de thé.
This diff is collapsed.
This diff is collapsed.
<?xml version="1.0" encoding="UTF-8"?>
<!DOCTYPE html PUBLIC "-//W3C//DTD XHTML 1.1//EN" "http://www.w3.org/TR/xhtml11/DTD/xhtml11.dtd">
<html xmlns="http://www.w3.org/1999/xhtml"$if(lang)$ xml:lang="$lang$"$endif$>
<head>
<meta http-equiv="Content-Type" content="text/html; charset=utf-8" />
<meta http-equiv="Content-Style-Type" content="text/css" />
<meta name="generator" content="pandoc" />
<title>$pagetitle$</title>
$for(css)$
<link rel="stylesheet" type="text/css" href="$css$" />
$endfor$
$for(header-includes)$
$header-includes$
$endfor$
</head>
<body$if(coverpage)$ id="cover"$endif$>
$if(titlepage)$
$for(author)$
<p class="auteur">$author$</p>
$endfor$
$for(title)$
<h1 class="titre">$title$</h1>
$endfor$
$if(publisher)$
<p class="editeur pagebreak">$publisher$</p>
$endif$
<p class="centre informations">
$if(publisher)$
© $publisher$, $year$.
$endif$
</p>
<br />
<p class="centre informations pagebreak">
$if(licence)$$licence$$endif$<br />
$if(lien_licence)$
Quelques informations sur le partage de ce texte.<br />
$lien_licence$
$endif$
</p>
<p class="centre informations">
$if(informations_generales)$
$informations_generales$
$endif$
</p>
<p class="centre informations">
$if(lien_informations_generales)$
$lien_informations_generales$
$endif$
</p>
<br />
<p class="centre informations">
$if(details_colophon)$
$details_colophon$
$endif$
</p>
<p class="centre informations">
$if(lien_colophon)$
$lien_colophon$
$endif$
</p>
<br />
<p class="centre informations">
Ce livre numérique ne contient ni DRM ni tatouage numérique.
</p>
<br />
<p class="centre informations">
$if(lieu)$$lieu$$endif$
</p>
<p class="centre informations">
$if(version)$Version : $version$$endif$
</p>
<br />
<p class="centre informations">
Ce livre numérique ne contient ni DRM ni tatouage numérique.
</p>
<br />
$for(identifier)$$if(identifier.text)$
<p class="centre informations">
ISBN de ce format électronique : $identifier.text$
</p>
$endif$$endfor$
<p class="centre informations">
$if(depot)$Dépôt légal : $depot$$endif$
</p>
<br />
$if(description_ouvrage_reseau)$
<p class="centre informations">
$description_ouvrage_reseau$
</p>
$endif$
$if(lien_ouvrage_reseau)$
<p class="centre informations pagebreak">
$lien_ouvrage_reseau$
</p>
$endif$
$else$
$for(include-before)$
$include-before$
$endfor$
$body$
$for(include-after)$
$include-after$
$endfor$
$endif$
</body>
</html>
#!/usr/bin/php
<?php
#
# Source code by Jürgen Schulze ("1manfactory")
# https://github.com/jgm/pandoc/issues/3149#issuecomment-252427920
# and https://1manfactory.com/search-and-replace-inside-zip-with-php/
#
replaceinzip("ebook.epub", '/<a href="#(.+?)">↩<\/a><\/p>/', '&nbsp;<a href="#$1">&uarr;</a></p>', "/.+?xhtml/");
exit();
function replaceinzip($zipfile, $search, $replace, $filefilter) {
# extract to random temp folder
$tempfolder=md5(mt_rand());
$zip = new ZipArchive;
if ($zip->open($zipfile) === TRUE) {
$zip->extractTo('./'.$tempfolder.'/');
$zip->close();
} else {
trigger_error(htmlentities("not a zip error"), E_USER_ERROR);
}
# replace in files
$files=rsearch($tempfolder, $filefilter);
foreach ($files as $file) {
$file_content = file_get_contents($file);
$file_content = preg_replace($search, $replace, $file_content);
file_put_contents($file,$file_content);
}
# create new temp zip
$zip = new ZipArchive();
if($zip->open($zipfile.'_temp', (ZipArchive::CREATE | ZipArchive::OVERWRITE)) !== true) {
return false;
}
# add files to new temp zip without foldername
$files=rsearch($tempfolder, "/.*/");
# add mimetype first to overcome epub checking errors
$zip->addFile($tempfolder.'/mimetype', "mimetype");
foreach($files as $file) {
$zip_filename = substr($file, strpos($file,'/') + 1);
if (file_exists($file) && is_file($file) && $zip_filename!="mimetype") $zip->addFile($file, $zip_filename);
}
$zip->close();
# rename new zip to old zip
rename($zipfile.'_temp', $zipfile);
# remove temp folder and files
delete($tempfolder);
return true;
}
# http://stackoverflow.com/questions/17160696/php-glob-scan-in-subfolders-for-a-file#17161106
function rsearch($folder, $pattern) {
$dir = new RecursiveDirectoryIterator($folder);
$ite = new RecursiveIteratorIterator($dir);
$files = new RegexIterator($ite, $pattern, RegexIterator::GET_MATCH);
$fileList = array();
foreach($files as $file) {
$fileList = array_merge($fileList, $file);
}
return $fileList;
}
#http://stackoverflow.com/questions/1334398/how-to-delete-a-folder-with-contents-using-php/1334425#1334425
function delete($path) {
if (is_dir($path) === true) {
$files = array_diff(scandir($path), array('.', '..'));
foreach ($files as $file) {
delete(realpath($path) . '/' . $file);
}
return rmdir($path);
} else if (is_file($path) === true) {
return unlink($path);
}
return false;
}
?>
This diff is collapsed.
This diff is collapsed.
This diff is collapsed.
This diff is collapsed.
This diff is collapsed.
---
author: "Prénom Nom"
title: "Le titre de votre livre"
publisher: "Usine Livre"
descriptionquatrieme: "« Longtemps, je me suis couché de bonne heure. Parfois, à peine ma bougie éteinte, mes yeux se fermaient si vite que je n'avais pas le temps de me dire : “Je m'endors.” Et, une demi-heure après, la pensée qu'il était temps de chercher le sommeil m'éveillait ; je voulais poser le volume que je croyais avoir encore dans les mains et souffler ma lumière ; je n'avais pas cessé en dormant de faire des réflexions sur ce que je venais de lire, mais ces réflexions avaient pris un tour un peu particulier ; il me semblait que j'étais moi-même ce dont parlait l'ouvrage : une église, un quatuor, la rivalité de François Ier et de Charles-Quint. »"
auteurquatrieme: "Prénom Nom, né à l’ombre du mur de Berlin, est lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit."
---
#!/bin/bash
# Script pour des notes de bas de page spécifiques à chaque fichier
for file in $(find $PWD/texte/ -name "*.txt");
do
title="${file##*/}"
pandoc -t markdown -s --wrap=none --atx-headers --id-prefix=${title%.*}_ ${file} -o ${file}
done
make pdf
This diff is collapsed.
This diff is collapsed.
This diff is collapsed.
This diff is collapsed.
This diff is collapsed.
This diff is collapsed.
This diff is collapsed.
Markdown is supported
0% or
You are about to add 0 people to the discussion. Proceed with caution.
Finish editing this message first!
Please register or to comment