Commit 68ea48b3 authored by Antoine Fauchié's avatar Antoine Fauchié

edit: plan et une partie et demi

parent dd273c1b
---
layout: post
title: "Nos mémoires numériques"
date: 2019-04-20 10:00
comments: true
published: true
description: ""
categories:
- carnet
---
<!-- more -->
## Lost in tabs
Début janvier 2019 mon navigateur web Firefox plante, c'est-à-dire qu'il a un comportement inattendu et s'arrête inopinément.
Cela arrive parfois et en soit ce n'est pas gênant, il suffit de le redémarrer et tout repart _comme avant_.
Le problème c'est l'usage que je fais de ce navigateur depuis plusieurs années : je laisse ouvert les onglets utiles à [ma veille](/flux), et j'ai ainsi plus d'une centaines de liens en attente, certains visités la première fois depuis plus de deux ans.
Je fais ainsi de mon navigateur ma mémoire vive numérique, ce qui n'est pas sans risque puisque cette fois les onglets en question ne sont pas réouverts.
Ma sessions précédente n'est pas restaurée et je perds près de 200 liens, la majorité mis de côté pour une lecture ultérieure.
Passé le constat – déjà fait depuis que j'ai cette fâcheuse pratique – que je me suis mis dans une situation pour le moins périlleuse, il faut que je trouve un moyen de retrouver ces plus de 150 liens.
Certains ne sont probablement pas utiles, en effet si je ne les ai pas lu ou traité depuis deux ans, un an ou six mois, c'est qu'ils n'étaient pas si précieux.
Mais je dois identifier ceux que je voulais intégrer dans ma veille ou qui sont nécessaires à mes différentes activités.
Intérieurement je me dis que l'on ne m'y reprendra plus, que je ne dois pas faire reposer ma mémoire vive – qui était devenue ma mémoire numérique vu le temps de conservation – sur un système qui peut faillir.
La question n'est pas la résilience d'un logiciel, mais plutôt la mienne et les moyens que je convoque pour cela.
Ce qui ne m'a pas empêché de pester contre Firefox et ce plantage...
Je ne vais pas parler ici de comment faire pour contourner un tel problème, mais de ce que j'ai découvert à ce moment-là – et c'est plutôt vertigineux.
## Plongée dans les données
Pour retrouver tout ou partie de ces fameux onglets _ouverts_, je commence une plongée dans mes données.
Je trouve une façon de récupérer mon historique depuis quatre ans, puis deux ans, puis six mois, puis un mois, histoire d'avoir à ma disposition un _set_ exploitable et un minimum lisible : un fichier [csv](https://fr.wikipedia.org/wiki/Comma-separated_values) de plusieurs centaines de milliers de lignes.
Une fois le fichier sous la main, je commence un nettoyage de mon historique : environ 30 000 liens différents visités en une trentaine de jours, dont certains plusieurs fois.
C'est là que débute le vertige, je n'avais pas conscience de visiter autant de pages web, et autant de pages web différentes en si peu de temps.
Que ce soit pour plusieurs activités professionnelles différentes, mais aussi pour des usages plus _personnels_ et parfois divertissants.
Cela représente 1000 pages web par jour, dont certaines ont été visitées plus d'une centaine de fois.
Ma consommation du web me paraît totalement surréaliste...
Je trie ces données en supprimant les liens inutiles : recherches (moteurs de recherche, dictionnaires, encyclopédies), plateformes diverses (allant des revues scientifiques ou réseaux sociaux en passant par )
Explorer les historiques.
Tout conserver, quel sens ?
## La fragilité du numérique
Difficulté de naviguer dans nos mémoires numériques.
Nécessité d'oublier pour mieux se souvenir.
Markdown is supported
0% or
You are about to add 0 people to the discussion. Proceed with caution.
Finish editing this message first!
Please register or to comment