Commit d6bad8f7 authored by Antoine Fauchié's avatar Antoine Fauchié

edit: développement de l'édition, bribes de génétique et une bonne amorce de numérique

parent 8cdb3e3c
......@@ -17,22 +17,43 @@ Que recouvre le concept de _version_ dans le champ littéraire et dans une persp
<!-- more -->
Les acceptions communes du mot « version » vont des questions de traduction à celles des états d'un texte en passant par la manière de rapporter un fait.
Sans que cela ne soit conscient dans nos usages quotidiens, version a une forte dimension littéraire, il s'agit de récit et de texte.
Pour prendre quelques exemples : le texte que vous lisez actuellement existe-il en version anglaise ?
Les acceptions communes du mot « version » concernent des problématiques de traduction, les états d'un texte ou la manière de rapporter un fait.
Sans que cela ne soit conscient dans nos usages quotidiens, ce terme a une forte dimension littéraire, il s'agit de récit et de texte.
Définir le concept de version revient à poser les questions suivantes concernant ces lignes que vous lisez : existe-il une déclinaison anglaise ?
Son brouillon est-il disponible ?
Pouvons-nous avoir accès à d'autres variantes de ce texte, formulées différemment ?
Nous allons nous attarder sur la dimension littéraire avec la génétique des textes et l'édition, et sur la dimension numérique avec le versionnement du texte.
Nous concentrons notre analyse sur la dimension littéraire avec l'édition et la génétique des textes, puis sur la dimension numérique avec le versionnement du texte.
Dans le champ littéraire le concept de version concerne l'état du texte dans une perspective d'étude et de comparaison.
Génétique du texte : Paul Zumthor
Comparaison : Jerome McGann.
Plusieurs éditions d'un même texte : concept qui repose sur un écosystème complexe, chaîne du livre (éditeurs, dépôt légal, bibliothèques).
Dans le champ littéraire le concept de version s'applique à l'état du texte dans une perspective d'étude et de comparaison.
L'étude littéraire porte sur un document dont la version revêt une forte importance.
Il s'agit de spécifier l'édition qui est examinée, des différences peuvent exister entre deux éditions, qu'il s'agisse d'une révision de l'auteur ou de l'éditeur.
Ces différences peuvent être le reflet d'une évolution intellectuelle ou artistique de l'auteur, la marque d'une censure, ou révéler un choix de l'éditeur – par exemple le passage d'une édition classique à une Pléiade.
La version est alors fixée par l'acte de publication, inscrite dans un processus éditorial complexe, allant de l'auteur à la bibliothèque en passant par la maison d'édition et la librairie.
L'éditeur décide de figer l'état du texte en publiant l'ouvrage, en l'inscrivant dans une dimension économique et documentaire : en plus d'être commercialisé le livre est enregistré dans une bibliothèque nationale via le dépôt légal – nous prenons ici les cas francophones de la France et du Québec.
Ce geste éditorial est le point de départ de l'inscription d'un texte dans la chaîne du livre.
Et pour la _version_ imprimée cette inscription est physique et aujourd'hui difficilement modifiable, un texte disponible en librairie puis conservé dans plusieurs bibliothèques ne pourra pas être remplacé ou supprimé facilement.
Notons qu'à une époque ou seules quelques versions d'un texte étaient conservées, il aurait été possible de toutes les faire disparaître.
Avec l'avènement du numérique plusieurs questions surgissent autour de ce concept, questions déjà présentent avec l'existence imprimée de textes, mais dont la problématique se renforce.
Il devient possible de comparer deux versions d'un texte, à des fins de génétique du texte.
Nous pouvons évoquer le travail de Jerome McGann {citation nécessaire} qui a dirigé un projet de logiciel pour confronter deux variantes d'un même texte, souvent deux éditions.
{continuer sur Jerome McGann avec son dernier livre}
Avec l'avènement du numérique plusieurs questions surgissent autour de ce concept.
Questions déjà présentent avec l'existence imprimée de textes, mais dont la problématique se renforce.
Reprenons notre exemple d'une tentative de suppression d'une version d'un ouvrage édité et diffusé, un fichier numérique est consigné sur des serveurs matériels mais dont la mémoire peut être aisément modifiée.
En 2009 Amazon avait prouvé cela avec beaucoup de perspicacité puisque deux ouvrages de Georges Orwell, _1984_ et _La ferme des animaux_, avaient été effacés des liseuses de nombreux lecteurs.
Alessandro Ludovico aborde ce point en spécifiant {à détailler : pérennité et archivage}
En parallèle de cette question de pérennité, il y a celle de stabilité.
L'existence imprimée d'ouvrages impose une temporalité longue, jusqu'avant l'impression à la demande.
Le numérique accélère fortement tout cela
Stabilité : Vandendorpe.
Pérennité et archivage : Ludovico.
Réinscriptibilité (Dacos) + Wikipédia, articulation avec le code.
Quittons la littérature pour y revenir dans une histoire numérique plus récente.
Nous avons volontairement omis une autre acception du mot version, cette fois dans le domaine de l'informatique.
Nous sommes encore dans le vaste champ du texte, mais un texte pour le moins spécifique, le code.
Les programmes sont écrits avec du texte, celui-ci est d'abord rédigé pour d'autres programmes qui vont le lire, le déchiffrer, et agir selon ces lignes de commande.
Un logiciel est composé de code, et défini selon une version incrémentale, souvent intitulée V2.1.3
Hors littérature : gestion d'un texte particulier, le code.
Les systèmes de gestion de version à la rescousse.
......
Markdown is supported
0% or
You are about to add 0 people to the discussion. Proceed with caution.
Finish editing this message first!
Please register or to comment